Vous êtes ici : Accueil > Les Grandes Orgues

1897-1918 le grand orgue BRISSET

1896, Reims fête le 14ème centenaire du baptême de CLOVIS avec faste. Le curé de la Basilique, Mgr BAYE, lance une souscription nationale d’1 franc au maximum et rassemble ainsi les fonds nécessaires à la réalisation de la châsse en bronze doré qui renferme actuellement les reliques de saint Remi. Elle remplace les châsse sans valeur du 19ème siècle et représente l’ancien tombeau avec ses deux étages.

28 mars 1897, la dynamique du cenetenaire rejaillit sur l’équipement organistique de l’abbatiale. il y a alors la signature d’une convention convenant qu’Augustin Brisset s’oblige à faire fournir et exécuter un grand Orgue pour la Basilique Saint-Remi de Reims. "Monsieur Paul NIZIER-BUIRON, propriétaire, demeurant à Reims, agissant au nom et en qualité de Président du Conseilde Fabrique de la Basilique Saint-Remi de Reims, d’une part et Monsieur Augustin BRISSET, Facteur d’orgues demeurant à Reims, d’autre part.
il a été fait et convenu ce qui suit :
Monsieur Augustin BRISSET sus-nommé s’oblige à faire fourniret éxécuter un grand orgue pour la Basilique Saint-Remi de Reims : l’orgue sera construit dans le choeur et orné d’un buffet avec tuyaux de montr en façade et composé de 50 jeux répartis sur 3 claviers à main et un pédalier, établi dans un meuble console avec 13 pédales de combinaison au-dessus du pédalier.
Les tuyaux de bois faits maison avec des bois très secs en magasin.
Les tuyaux d’étain achetés à Paris à la Maison MAZURE.
La mécanique faite par M. BIASSE, ancien contre-maître de la Maison CAVAILLE-COLL.
L’harmonisation faite par M. BONEAU, ancien contre-maître de la Maison CAVAILLE-COLL.
L’orgue sera monté au système mécanique ordinaire avec 2 machines BARKER dont le fonctionnement doit être rigoureusement surveillé...
Prix - Le marché est ainsi fait et convenu à forfait et pour le tout, moyennat la somme de trente cinq mille francs", avec en plus la reprise de l’orgue de choeur qui devient la propriété de M. BRISSET.

Cet instrument est installé en 1898 dans le « chœur des moines » devant la 11ème travée nord. La console est posée à l’extrémité des stalles établies en vis-à-vis de part et d’autre du grand lutrin rescapé de l’Abbaye St-Nicaise.

Il ne sonnera que pendant 20 ans. Le 1er août 1918, les obus allemand s’abattent sur la voûte en bois de la Basilique qui s’embrase et s’écrase dans a nef. Du grand Brisset il ne reste plus que les transmissions qui pendent depuis la tribune.

Portfolio

 
Composition de l'orgue BRISSET OBU 1918 Orgue BRISSET